Le locataire est en obligation d’entretenir son logement où il réside temporairement, il est donc obligé de payer le loyer bien sûr, il doit respecter les modalités qui ont été prévues dans le contrat qu’il a signé. De plus, il doit absolument rester respectueux et garder le logement en bon état. Si le locataire ne respecte pas ses obligations, des sanctions peuvent être portées contre lui.

Le paiement du loyer

La première chose que nous allons aborder dans cet article, c’est bien entendu le loyer. Tout le monde le sait, le paiement ne doit jamais être interrompu, c’est l’obligation de base d’une relation locataire-propriétaire. Le loyer doit être payé respectivement, avec les modalités qui ont été décidées dans le contrat et l’accord fait avec le propriétaire. Bien sûr, les détails peuvent changer par exemple, le propriétaire peut proposer un terme mensuel ou trimestriel, tout dépend de ce que l’accord dit. Deux choses peuvent être changées, cependant, par le biais du locataire, celui-ci peut décider à ce que le paiement soit mensuel, automatique ou qu’il ne soit pas effectué sur son compte bancaire.

Ainsi, pour être plus précis, le paiement ne doit jamais être retardé (quelles que soient les raisons) sauf si le propriétaire apprend des nouvelles à propos de son client et qu’il comprend sa situation particulière. Dans le cas où il ne peut pas payer et que le propriétaire accepte dans ce contexte-là, c’est autre chose. Néanmoins, le paiement du loyer ne peut pas être arrêté juste parce qu’il y a une simple gêne dans l’appartement ou qu’un équipement ne fonctionne plus, si le locataire ne paye pas son loyer, le propriétaire peut opter pour une résiliation du bail. Et s’il n’y a aucune réponse à sa demande, une résiliation judiciaire peut être entamée.

L’entretien du logement

Sachez qu’en général, les réparations qui sont forcées ou plutôt mises sur le dos du locataire sont toujours expliquées et bien comprises dans le décret ou dans le contrat signé. De ce fait, l’entretien quotidien du logement en cours de location doit être fait par le locataire, c’est-à-dire que les interventions qui sont peu coûteuses dans la vie courante doivent être gérées par le locataire, et non par le propriétaire. Si vous voulez des exemples un peu plus concrets, on cite :

  • Les opérations de changement des petites pièces en plomberie ou en électricité ;

  • Les déplacements d’interrupteur ou d’ampoules ;

  • Les petites opérations sur la chaudière.

Bien sûr, ce qui est plus important encore, ce sont les nuisances : tous les bruits, les injures, les violences et toutes les actions de dévalorisation de logement ou de l’immeuble si elles sont faites par le locataire retombent immédiatement sur ce dernier et dans ce cas-là, des répercussions peuvent voir le jour. Les dégradations et les dommages doivent, en effet, être remboursés par le locataire s’il est responsable.

La possession d’une assurance

Les attestations d’assurance doivent être expédiées au propriétaire chaque année, ce dernier est obligé d’avoir une assurance contre les risques basiques, les incendies, les dégâts des eaux ou les explosions en général. Il est préférable de prendre une assurance tous risques. Le propriétaire pourra souscrire à une assurance lui-même et ajouter les frais au loyer locataire à chaque paiement. Si le logement est en copropriété, le propriétaire doit aussi gérer une assurance responsabilité civile, qui protège des dommages causés à autrui même si l’assurance est double, elle ne peut pas être évitée, car elle est obligatoire par la loi. Il faut faire attention étant donné que tous les dommages et déviations faits par le locataire sont facilement sujets à des sanctions sévères que peut faire appliquer le propriétaire.