L’acquisition de parking pour usage locatif fait partie des meilleurs investissements immobiliers. Pour cause, ces dernières années, la demande en matière d’espace de stationnement ne cesse de s’agrandir. Beaucoup de promoteurs immobiliers se tournent donc vers cette branche de l’immobilier qui tient la promesse de beaux jours au regard des intérêts qu’elle présente. C’est dire qu’investir dans les parkings offre de nombreux avantages que ce soit en matière de prix d’acquisition, de charges à supporter ou de rendements.

Un marché à forte croissance

Investir dans des places de parking, c’est faire le choix de varier son patrimoine immobilier et de se lancer dans un secteur dont la demande ne cesse de croitre. En effet, les places de stationnement en général tendent à se raréfier de plus en plus surtout dans les grandes agglomérations. Pour éviter d’enfreindre la législation et se retrouver face au paiement d’amendes, les populations n’ont d’autres choix que de recourir à des parkings.

Il s’agit là alors d’un projet immobilier viable qui vient résoudre un problème de taille manifesté par un réel besoin exprimé des consommateurs. Cependant, il est important que le parking soit bien situé pour permettre à son investisseur de véritablement jouir de ses retombés. C’est dire qu’il faut par exemple privilégier les cœurs de ville ou encore les zones à forte affluence où il existe peu ou pas de places de stationnement. Une bonne prospection doit donc être réalisée afin de choisir l’emplacement le plus idéal pour cet investissement.

Des prix d’acquisition attractifs

Contrairement aux appartements et autres immeubles à caractère d’habitation ou commercial, les parkings sont moins onéreux à l’achat. Ici, la fixation du prix n’est pas seulement tributaire de la superficie ou de l’état général de la bâtisse. Les prix sont déterminés en fonction de la localisation du parking. Cette localisation prend en compte le quartier où se situe le parking, la taille de la ville (centre – ville ou périphérie) ou encore l’accessibilité du parking.

Toutefois, quels que soient les critères considérés, l’achat d’un parking reste un investissement nettement plus abordable. Il convient aux personnes aux budgets restreints qui souhaitent tout de même avoir des biens immobiliers. Dans la pratique, il faut compter en moyenne entre 30 000 et 50 000 euros pour des parkings au centre de Paris et dans les grandes métropoles. En périphérie et provinces, les prix varient en général entre 10 000 et 30 000 euros. Il s’agit là d’un capital raisonnable pour se lancer dans ce secteur.

Un excellent rendement locatif

Un autre avantage et pas des moindres de l’investissement dans un parking reste le rendement locatif. Il s’agit là de la rentabilité du parking. Il faut savoir que mécaniquement, plus un parking a un cout d’achat élevé, moins il sera rentable. Cela peut facilement s’expliquer, car un parking qui a couté cher à l’achat demandera plus de temps pour récupérer le capital. Aussi, le prix du loyer est fixé en tenant compte de certains paramètres comme l’emplacement, le niveau de demande, les probables charges de copropriétés, etc.

Toujours est-il qu’en moyenne, la rentabilité d’une place de parking se situe dans l’intervalle de 4 % à 7 % par mois. Par exemple dans une ville comme Lille, une place de parking achetée à 23 000 euros rapporte un loyer mensuel de 76 euros. Le taux de rentabilité mensuel représente donc 6,4 %. Or, lorsqu’on descend à Nice, une place de parking estimée à 31 400 euros génère 105 euros de revenus mensuels pour un taux de rentabilité de 4,3 %. Dès lors, il est primordial de maitriser ses subtilités afin de choisir le positionnement adéquat pour son parking et jouir du meilleur taux de rendement.

De faibles charges d’entretien

Les parkings, au vu de leur fonction temporaire, n’exigent pas d’entretiens particuliers comme il serait le cas pour des logements ou des bureaux. Les premières dégradations apparaissent souvent après une longue durée d’utilisation et d’éventuelles rénovations ne sont à prévoir que très rarement. Ceci réduit les dépenses pour le propriétaire qui pourra faire des économies sur ses recettes.

Toutefois, si le parking est construit dans une copropriété, le propriétaire est tenu de s’acquitter des charges de la copropriété, lesquelles demeurent tout de même peu élevées. D’autres charges comme l’entretien du matériel de sécurité du parking (caméras de surveillance, alarmes, etc.) ou des agents de nettoyage sont à évaluer et à prévoir par le propriétaire.

Une législation souple

Les exigences de la loi sont très légères pour les propriétaires de parkings et ceci est à leur avantage. D’abord, les revenus issus de la location de place de parking sont notifiés dans le Code civil. Dès lors, cela laisse le choix au propriétaire de modifier ses constantes locatives sans préavis. De plus, dans le cas d’une location de parking, la loi n’exige pas un contrat physique signé par les deux parties comme c’est le cas pour les autres biens immobiliers. Même si cette disposition n’est pas sécurisée, elle reste applicable au bon gré du propriétaire et de son locataire.

Enfin, le contrat de location de parking peut être rompu à tout moment par le propriétaire sans préavis pour des raisons le concernant ou en cas de défaut de paiement d’un locataire. Ceci n’aura pas une grande incidence sur son activité, car il est plus facile de trouver un locataire de parking qu’un locataire pour une maison.